643 – HÔTEL DE POLICE HAUTE MEUSE

Rue Saint Jacques, 5500 Dinant, Belgique
50°15’50,35″N/4°56’11,68″E

3.400 m² ; 2017 ; (01/643).

Appel d’offres restreint « conception et réalisation », avec les entreprises Galère s.a.

Services effectués
  • Urbanisme
  • Architecture
  • Aménagement intérieur
  • Aménagement des abords et paysager
  • Ingénierie de la structure (avec SGI)
  • Ingénierie des techniques spéciales (avec SGI)
  • Physique du bâtiment et concepts énergétiques
  • Acoustique
  • Signalétique
  • Accessibilité
  • Sécurité incendie
Description

0. Les attendus
La zone de police Haute-Meuse centralise ses trois commissariats dans un nouvel hôtel de police en vue de réaliser des économies d’échelle et d’améliorer l’efficacité des services. Ce déménagement ne concerne que les agents d’intervention, les agents de quartier restant dans leurs zones respectives. Le nouveau bâtiment doit accueillir une centaine d’employés.

1. Le bâtiment sur le site
Le nouvel Hôtel de Police est un parallélépipède de deux niveaux sur un plan rectangulaire de 64,8 x 32,4 m (48 x 24 modules de 1,35 m) et de 2 x 3,6 m de hauteur.

Son plan en double carré, orienté selon les axes cardinaux avec son grand axe Nord-Sud, s’implante en cohérence avec les proportions du terrain et à proximité de son accès Nord. L’ensemble est particulièrement compact et son emprise sur le site est limitée. Sa trame structurelle carrée de 8,1 m de côté s’étend à l’anneau de parking arboré qui l’entoure.

Deux cours intérieures de 17,55 x 10,80 m (13 x 8 modules de 1,35 m) apportent ventilation et éclairage naturels en tout point du plan. L’une des cours est consacrée à la détente et l’autre à l’action.

2. L’organisation des fonctions
La moitié Nord accueille, de plain-pied et autour de la cour d’action, les activités en relation avec le monde extérieur :

• le bureau d’accueil, au Nord-Est, situé dans l’axe de la route d’accès, pour la visibilité et le contrôle des flux entrants et sortants du site ainsi que de l’accès à la cour d’action. Il donne accès aux zones d’accueil, d’écoute et d’auditions du public ;
• le garage, ouvert au Sud sur la cour d’action et abritant les 6 véhicules de service principaux, prêts à partir par la façade principale Nord. Le garage est surmonté du stand de tir qui peut ainsi être mis à disposition d’utilisateurs extérieurs ;
• la cour d’action accessible du Nord-Est en passant devant le bureau d’accueil, recevant les autres voitures et motos de la police et permettant l’accès direct aux bureaux ;
• le sas de débarquement des prévenus, implanté avec son entrée au Nord-Ouest et sa sortie sur la cour d’action, donnant accès à la zone de détention ;
• le couloir principal, médian et transversal, autour duquel sont disposés les locaux accessibles au public tant au rez-de-chaussée qu’à l’étage, ponctué à l’Est et à l’Ouest par les circulations verticales, escaliers et ascenseurs. Ce couloir sépare aussi verticalement la construction en ses deux compartiments d’incendie ;
• la zone d’auditions entre, d’une part, les deux cours et, d’autre part, le bureau d’accueil à l’Est et la zone de détention à l’Ouest.

C’est dans la zone Nord-Est du parking, face au  bureau d’accueil, que se trouvent les emplacements réservés aux vélos, motos et voitures du public.

La moitié Sud du rez-de-chaussée reçoit les fonctions utilitaires et sociales du programme telles que la zone sportive (avec son petit jardin à côté du dojo), les vestiaires, les archives et les locaux techniques.

L’étage est réservé aux bureaux ainsi qu’à la cafétéria et sa grande terrasse ensoleillée et protégée des vents. Les zones accessibles au public sont toujours situées de part et d’autre du couloir principal médian et transversal. 

3. L’organisation de l’architecture
L’organisation fonctionnelle, la recherche d’économie et le souci de convivialité conduisent à proposer des plateaux de faible profondeur permettant l’éclairage et la ventilation naturels des locaux. Dans l’axe des plateaux, de larges couloirs (2,4 ou 2,7 m) surmontés de lanterneaux de toiture apportent l’air et la lumière jusqu’au rez-de-chaussée par de généreuses ouvertures (269 x 67 cm) pratiquées à intervalles réguliers dans le plancher de l’étage.

Cette morphologie permet de porter les planchers et la toiture, de la manière la plus économique possible, sur les murs extérieurs et les murs bordant les couloirs. Le dojo, seul espace demandant une portée de 10 m, trouve sa place hors du système, au rez-de-chaussée de la cour de détente et offre ainsi une belle terrasse privée à la cafétéria.

L’organisation dimensionnelle de l’architecture se fait, en plan, selon les axes cardinaux, sur un module de 1,35 m, ses multiples et sous-multiples. En élévation, la construction se dessine sur un module de 1,80 m, ses multiples et sous-multiples. Les proportions qui en découlent s’organisent naturellement autour des rapports 1/2, 2/3, 3/4, exactement comme en musique.

Ainsi, les escaliers présentent une pente très confortable de 3/4 avec des marches de 18 cm de hauteur et de 27 cm de profondeur.

De même, la modénature de façade se compose de baies (pleines ou vides selon les besoins actuels ou futurs) de 108 cm de large séparées par des trumeaux de 27 cm de large et de 324 cm de haut séparés par des allèges-linteaux de 36 cm de haut.

Les fenêtres, toutes ouvrantes, sont équipées sur toute leur hauteur d’un grillage extérieur en barres d’acier de section carrée de 13,5 mm de côté disposés sur une maille de 13,5 cm de large et de 18 cm de haut, débordant de la façade de 13,5 cm. Ce dispositif (utilisé partout sur la planète depuis la nuit des temps mais curieusement banni de l’architecture contemporaine) fait non seulement office de garde-corps absolu mais assure une protection évidente contre l’intrusion. Il permet en outre, le bâtiment étant sous surveillance 24 heures sur 24, de laisser les fenêtres ouvertes la nuit en été pour assurer le rafraîchissement de la masse thermique (une protection solaire extérieure mobile en lamelles horizontales, protégée derrière le grillage, est en outre prévue pour se prémunir, le cas échéant, des apports solaires indésirables).

Le programme et le site permettent de limiter la hauteur du bâtiment à deux niveaux, ce qui présente de nombreux avantages, parmi lesquels on peut citer :

• le rapport harmonieux avec l’espace extérieur, à l’échelle des arbres, bien sûr, mais d’abord des humains ;
• la clarté, la fluidité et l’agrément des circulations, organisées sur le tracé en double carré, particulièrement lisible et compact, des couloirs lumineux et des deux noyaux de circulation verticale dans l’axe médian de la construction. Ce tracé assure la plus grande proximité possible entre les fonctions tout en permettant leur hiérarchisation ;
• la convivialité pour les PMR, dont l’accès aisé est garanti en tout point du bâtiment ;
• la limitation des coûts de fonctionnement et de maintenance, tout étant à portée de main, y compris les façades et la toiture ;
• une réponse très simple aux impératifs de sécurité, en particulier le compartimentage incendie, qui peut se faire verticalement plutôt que par étage, autorisant l’installation de fenêtres du sol au plafond.

Une petite (budget oblige) ombrelle photovoltaïque borde la périphérie de la toiture et s’étend en verrière au-dessus de la cour d’action pour la protéger de la pluie. Elle est cependant conçue pour pouvoir être très simplement étendue un jour à l’entièreté de la toiture si les moyens financiers le permettent. 

4. Le choix des matériaux et des techniques constructives
La structure du bâtiment est en maçonnerie portante et les planchers en béton armé. Les façades extérieures sont isolées avec 20 cm de mousse de polyuréthane et revêtues d’un parement en tôle d’acier galvanisé, alors que les façades sur les cours intérieures (où l’exigence de protection contre les agents extérieurs est moins forte) sont en crépi blanc sur isolant pour maximiser la réflexion de la lumière naturelle.

Les parachèvements sont faits de matériaux simples mais appropriés à l’usage et nécessitant une faible maintenance.

Les revêtements de sols varient en fonction du local : linoleum naturel pour les espaces de travail, bureaux, cafétéria et couloirs, parquet pour les espaces dédiés au sport, tapis pour les locaux qui demandent une attention particulière aux exigences acoustiques et carrelage pour les locaux sanitaires et cuisines.

Les cloisons de refend entre les locaux sont en plaques de plâtre cartonné. Le revêtement mural des locaux de la zone des cachots sont en béton lissé.

Crédits

MAÎTRE D’OUVRAGE

Zone de Police Haute Meuse,

Rue L.&V. Barré, 26, 5500 Dinant, Belgique.

Personne de contact :  M. Bernard Dehon, fonctionnaire dirigeant,

Tél. : + 32 82 676 811,     E-mail: zphautemeuse.dir@gmail.com.

ENTREPRENEUR

Galère sa,                               

Rue Joseph Dupont, 73, 4053 Chaudfontaine, Belgique.                          

Représenté par Guillaume Franssen, Manager, Service Devis Bâtiment,

Tél. : + 32 4 366 67 11,    E-mail: guillaume.franssen@galere.be.

ARCHITECTES & INGÉNIEURS

Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, Philippe Samyn

Chaussée de Waterloo, 1537, 1180 Bruxelles, Belgique.     

Tél. : + 32 2 374  90 60,   E-mail: sai@samynandpartners.com,

Propriétaire  exclusif des droits d’auteur (copyright)

ÉQUIPE

Architecture                           

Dir. générale et conception              :   Dr Ir Philippe Samyn.

Dir. administration                   :            B. Calcagno, Å. Decorte (Concours).

                                                             Collaborateurs : G. Baltariu, Th. Ellina, M. Gancheva, R. Igual, I. Jabri, E. Panetta, V.  Popa, S. Saggiorato, R. Somfelean, J.                                                                       Yaramis.

Ingénierie Stabilité,

Techniques spéciales et PEB :            Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, avec en sous-traitance le Bureau d’étude  SGI INGENIEURS SA./NV.

                                                             Avenue Edmond Van Nieuwenhuyse, 2

                                                             B-1160, Bruxelles, Belgique.

                                                              Tél.: +32 2 734 31 50; Fax: +32 734 54 07, E-mail : info.bxl.be@sgigroupe.com.

Conseillers en sous-traitance de SAMYN and PARTNERS sprl :

Coordination sécurité santé              :    COSEP sa, représentée par Benoît Van Hoye, Administrateur délégué,

                                                               Rue du Fond Cattelain, 5, 1435 Mont-Saint-Guibert, Belgique.

                                                               Tél.: +32 10 81 37 50, E-mail : cosep@cosep.be.

Mobilité piétonne et

accessibilité                             :             Bureau d’études Plain-Pied asbl,

Rue Nanon, 98, 5000 Namur, Belgique.

                                                               Tél.: +32 81 39 06 36, E-mail : contact@plain-pied.com.

DOCUMENTATION

Gestion documentation       :                   Philippe SAMYN and PARTNERS (André CHARON et Quentin OLBRECHTS).

Localisation
Rendus
Plans
643 - HÔTEL DE POLICE HAUTE MEUSEsamyn