607-Grand Hôpital de Charleroi

Site des Viviers 6060 Gilly (Charleroi) BELGIUM

2013 ; (01/607). Appel d’offre international.
108.000 m² ; abords 17 ha.

Services effectués :
  • Environnement.
  • Paysage.
  • Urbanisme.
  • Programmation hospitalière.
  • Architecture.
  • Architecture d’intérieur.
  • Ingénierie des structures.
  • Ingénierie des techniques spéciales.
  • Assainissement du sol.
  • Concepts énergétiques et de haute qualité. environnementale.
  • Economie du projet.
  • Etude des coûts d’exploitation.
  • Coordination générale des études.
  • Coordination et planification des travaux en cas de lots séparés.
Description :

Le cadre général

Compte tenu des grands dénivelés du site, la taille du projet impose nécessairement un remodelage important du terrain, lequel doit tenir compte des incertitudes relatives à l’état sanitaire du sol.  Les informations disponibles permettent d’envisager de réaliser tous les terrassements sans évacuation de terre et sans atteindre la nappe phréatique. 

Le projet adopte la forme d’un “village hospitalier”, placé sur un vaste plateau horizontal.  Il est parfaitement orienté selon les axes cardinaux, afin de bénéficier au maximum des apports lumineux à l’est et à l’ouest, ainsi que d’une protection naturelle contre les apports solaires.  L’ensemble s’inscrit dans un grand quadrilatère. 

La fonction “hôtel” se répartit dans trois bâtiments en forme de “H” sur pilotis.  Chacun d’entre eux abrite deux unités de soins à chacun de ses cinq étages.  L’espace généreux entre les ailes gratifie les patients d’une lumière naturelle abondante et de vues agréables aussi bien vers les ondulations apaisantes du site que vers le grand panorama carolorégien.  Ce confort s’ajoute aux nombreux avantages procurés par la généralisation des chambre à un lit avec lit d’accompagnant :  intimité du patient, soutien moral apporté au patient, communication aisée entre soignants et familles, réduction du risque d’infection entre patients, réduction des transferts, taux d’occupation des chambres plus élevé suite à l’absence d’incompatibilité entre patients, réduction du besoin en salles d’examen, etc.

Les zones comprenant des arbres remarquables ou protégés (pins d’Autriche non caducs), situées principalement en zones nord et ouest du site, sont préservées et séparent les habitations riveraines du nouveau complexe.

L’architecture végétale complète la composition.  Des alignements d’arbres à haute tige guident les automobilistes entre les buttes faites des terres de réemploi et agrémentées de groupes d’arbres en arrangements de formes libres.

Cette ambiance calme est renforcée par l’orientation des vents dominants au sud-ouest, qui “chassent” loin des bâtiments le bruit des routes et autoroutes au nord et à l’est.  Le site reste un lieu de promenade de grande valeur paysagère et le sentier des Terrils (GR 412) y conserve son passage et ses points de vue.

Les circulations

Une grande rue piétonne couverte draine le village d’est en ouest.  Elle distribue, au sud, toutes les fonctions hôtelières et, au nord, la polyclinique, le hot-floor, ainsi que la zone logistique et de production. Véritable parcours urbain, elle fait transition entre des espaces d’échelles et de caractères différents : patios boisés, passerelles, esplanades, zones d’ombre ou de lumière, de repos ou de commerces, buvettes, plaine de jeux pour les enfants, etc.  Le couloir logistique souterrain qui la double assure une bonne démarcation entre flux publics et privés. 

Au nord, entre le village et l’autoroute, trois silos à voitures hors-sol offrent un total de 1.842 places de parking protégées de la pluie, éclairées et ventilées naturellement.

Les piétons accèdent à la rue couverte à partir d’une place publique située à l’est, en surplomb de la future station de métro à laquelle elle donne accès. Un sentier relie également le RAVeL à cette esplanade.  Au sud, une autre place accueille les visiteurs arrivant en voiture.  Quant aux entrées nord-ouest et sud, elles sont reliées au sentier de la Ferme et à la rue de l’Observatoire pour les piétons, les cyclistes et les services de prévention incendie.

Flexibilité de la programmation hospitalière

La profondeur de tous les bâtiments est déterminée de façon à permettre la ventilation et l’éclairage naturels de la plupart des locaux, qu’il s’agisse des unités de soins ou de la polyclinique, d’une partie du hot-floor ou de la logistique et de la production. L’impact de l’éclairage artificiel est, en effet, très important dans la balance énergétique.

La structure est conçue de manière entièrement modulaire et répétitive, en recherchant le meilleur équilibre entre portée et coût des planchers. Cette modularité garantit une grande flexibilité dans la modification du cloisonnement. Dans le phasage, l’implantation proposée réserve des zones d’extension (ou de renouvellement à long terme) au nord de la rue principale pour la polyclinique, le hot-floor et/ou la zone logistique et de production, où les travaux peuvent s’effectuer sans atteinte à l’infrastructure générale ni entrave à l’exploitation de l’existant.  Au sud, l’extension des unités de soins est également prévue pour d’autres fonctions complémentaires, sans diminution de la qualité des prospects.

La plus grande standardisation est recherchée pour les matériaux et équipements, l’agrément de vie dans les locaux dépendant d’abord de la qualité des espaces.

Le modèle hospitalier des “layers”

La répartition des fonctions dans des structures séparées et autonomes permet la gestion de cycles de vie différents pour chacune d’entre elles sans nuire à une distribution claire et différenciée des flux de circulation (patients, visiteurs, personnel, logistique).

En effet, la demande de soins, ainsi que les approches et les technologies médicales, évoluent plus vite que les capacités financières et techniques de renouvellement des infrastructures hospitalières, tandis que les moyens financiers disponibles ont globalement tendance à diminuer.  C’est pourquoi la flexibilité et l’économie doivent devenir les gènes d’un concept hospitalier en “layers”.  Dans un tel modèle, la taille et la localisation de chaque fonction sont rationnalisées en vue de permettre, au moindre coût, les transformations qu’impose l’évolution des besoins de l’institution.

La centrale d’énergie

La centrale de production d’énergies est mitoyenne au couloir logistique.  Elle se situe au centre du village, juste au sud du hot-floor, qui est le plus gros consommateur. Cette position centrale assure une optimisation des longueurs et des sections des réseaux de distribution, ainsi qu’un accès confortable à partir du couloir logistique pour le montage et le remplacement du matériel.  Le regroupement de la centrale d’énergies a comme autres avantages de pouvoir  appliquer un coefficient de simultanéité sur l’ensemble des besoins, de limiter les coûts nécessaires à la redondance des installations de production d’énergie, ainsi que d’augmenter les possibilités de récupération de chaleur et de froid entre les différents systèmes.

Les centrales de traitement d’air

Les groupes de traitement d’air sont régulièrement répartis pour limiter au strict minimum le parcours des conduits aérauliques.

Crédits :

Architecture and Engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS All projects are designed by Philippe Samyn who also supervises every drawing
Structural Engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS with SETESCO (sister company 1986-2006) or INGENIEURSBUREAU MEIJER (sister company 2007 – 2015) if not mentioned
Services engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS with FTI (sister company since 1989) if not mentioned

01-607 GRAND HÔPITAL DE CHARLEROI
Client: Grand Hôpital de Charleroi, Rue de la Duchère, 6 at B-6060 Gilly, Charleroi, Belgium
Architecture: Legal representative “for technical and current affairs”: Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers. Design Partner: Philippe Samyn. Administrative partners: Quentin STEYAERT, Denis MELOTTE. Associates: Laura BARBARITO, Ghislain ANDRE,  Manuela BELOVA,  Benedetto CALCAGNO,  Mariuca CALIN, Alejandro CHICHIZOLA, Antoine COLBACK, Thierry HENRARD, Giulia LARIZZA,  Elodie NOORBERGEN, Sonia STICCHI, Eline VANDEVENNE. Substitute representative “for technical and current affairs”: Archi-2000 sprl, architectes Partner, Manager:Philippe Verdussen Partner: Thierry Descheemaecker
Structure: Sttructural engineering: « Ingenieursbureau Meijer bvba + Bureau d’Etudes Pirnay sa », joint venture Ingenieursbureau Meijer bvba Jan MEIJER, Philippe SAMYN Bureau d’Etudes Pirnay sa Jean-Sébastien PIRNAY
Services: Urban design: Agora sa Paul PLAK, François-Xavier VAN MAELE Soil remediation: RSK Benelux bvba Noureddine EL HALIMI Hospital planning: Paul Wurth Geprolux sa and H. Limacher Partners ag Jasques MARGUE, Heinrich LIMACHER White rooms planning: Foster and Wheeler Italiana srl Marco BOLOGNINI, Paola GRISETTI Building services, MEP, Building physics and internal climate: « Felgen et Associés Engineering sa + Flow Transfer International sa + Istema nv », joint venture Felgen et Associés Engineering sa Marc JUNCKER, Pierre COIBION, Marco WEBER, Walter SCHMITZ Flow Transfer International sa Andrew JANSSENS, Philippe SAMYN, Piet DELAGAYE Istema  nv Piet DELAGAYE Cost control and operating costs study: Bureau Michel Forgue sarl Michel FORGUE, Elie DURANT Consulting on hospital processes and operating costs study: Henny van Laarhoven (Orbis Medisch en Zorgconcern) Sustainable design and operating costs study: Symbios’IN sarl Bertrand THULLIER

Rendus
Dessins

For plans sections and elevations, please refer to the archives section of the site available from the “references” menu.

607-Grand Hôpital de CharleroiFilippo Aimo