634 – GARE DE ROSNY BOIS PERRIER

Grand Paris Express, Ligne 15 Est, Rosny Sous Bois, France
48°52’57,26”N / 2°28’51,54”E
Gare (hors opérations connexes) : 10.392 m² 2016 – ; (01/634)
Concours international sur invitation

Services effectués :
  • Aménagement des abords
  • Aménagement paysager
  • Urbanisme
  • Architecture
  • Aménagements intérieurs
  • Ingénierie de la structure (concepts)
  • Ingénierie des techniques spéciales (concepts)
  • Physique du bâtiment (concepts)
  • Concepts de haute qualité environnementale et énergétique (concepts)
Description :

Le site où s’implante la nouvelle gare de Rosny Bois Perrier (RSB) à l’Est des voies du RER-E est très verdoyant et donne une impression générale de douceur.

L’urbanisation y est cohérente, avec des barres de logements et de bâtiments scolaires implantés en diagonale par rapport aux voies ferrées. Les bâtiments les plus bas (R+4) entourent l’émergence de la future gare, les bâtiments plus élevés (R+9, R+11, R+15) étant reportés en deuxième ligne. Les quartiers sont protégés des voies ferrées par une avenue verdoyante et un talus planté. Ce dernier cache le parking du centre commercial Rosny 2 à l’Ouest et, par la même occasion, minimise le violent contraste urbanistique entre les deux côtés de la voie ferrée.

Comment faire “exister” la partie visible de la gare (l’émergence) dans un univers où tout est plus massif qu’elle : que l’on soit du côté Ouest avec les très grosses pièces que sont le complexe multiplexe, le centre commercial et son parking, ou même du côté Est avec les barres de logement ? La modestie quantitative des éléments de programme à localiser en émergence de la gare appelle une expression volumétrique astucieuse, afin que la hauteur ou la surface ne soient pas les principaux paramètres d’affirmation de la gare.

Ainsi, la volumétrie de l’émergence est totalement revue par rapport aux différentes études préliminaires proposées dans le programme.

Un grand auvent, ou plutôt une grande “toiture de lumière”, recouvre la gare et son parvis. Elle s’inscrit dans un triangle qui fait écho à la géométrie triangulaire de la composition de l’ensemble résidentiel des années 60. Sous cette toiture de lumière les fonctions de la gare, qu’elles soient ouvertes ou fermées, s’inscrivent dans l’espace de façon souple et aimable.

Culture du lieu
Les gares sont les ambassadrices de la culture du lieu. Nous retenons deux caractéristiques majeures de cette culture : l’ENACR, Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois, et la réputation mondiale de la Seine-Saint-Denis en matière de “Street Art”. Ce sont là les thèmes des interventions artistiques dans la gare, le cirque étant proposé comme source d’inspiration pour les fresques taguées sur les murs.

Le parvis et l’émergence
Le parvis est réduit en partie par le déplacement du bâtiment vers l’Est, mais l’espace perdu à l’avant est redistribué en périphérie pour améliorer les accès aux autres fonctions intégré dans l’émergence de la gare : les commerces et le commissariat de police, ainsi que l’accès de nuit à la gare SNCF. Ce glissement permet également de donner une façade au commissariat de police, à l’arrière de la gare, avec un éclairage naturel et une vue sur le jardin arrière, en forme de ménisque de 5 à 15 m de profondeur, ainsi que sur la clôture végétale au droit du talus de la SNCF.

Façades avant et entrées de la gare 
Toutes les façades tournées vers le parvis constituent un seul ensemble, très visible de l’espace public, dédié uniquement aux commerces et aux entrées de la gare.

Les entrées de la gare se ferment par des grilles en tôle d’acier perforée. Les parties ouvertes entre la toiture de lumière et les édicules sont fermés par des filets anti-oiseaux.

L’accueil et la distribution de la gare
Un grand espace commun rectangulaire, en prolongation intérieure du parvis, sert d’accueil et de distribution. Cet espace unitaire se divise toutefois en deux entités distinctes, chacune étant gérée de façon autonome, l’une par le GPE et l’autre par la SNCF.

Les escaliers fixes et mécaniques descendant du rez-de-chaussée vers la salle d’échanges sont disposés au centre de la boîte enterrée. La trémie prévue pour les escalators dans les études préliminaires est agrandie à toute la longueur de ces derniers afin d’améliorer la spatialité et la visibilité des voyageurs sur la globalité de la gare, ainsi que l’apport de lumière naturelle au cœur de partie enterré de la gare. Le nouveau projet implante 4 ascenseurs donnant un accès direct aux quais à partir du rez-de-chaussée, de manière à éviter toute rupture de charge pour les personnes à mobilité réduite.

Géométrie
L’axe de la boîte enterrée, commandé par l’orientation des voies, fait un angle de 7° par rapport à l’orthogonalité urbaine. La toiture de lumière suit la trame urbaine, alors que les divisions dans la gare suivent l’orientation des quais.

La structure de la toiture de lumière
Des segments de calottes sphériques, formés de fines tôles en acier inoxydable perforée à 60 % et disposées sur une trame carrée de 5 m de côté, sont revêtus d’une membrane d’étanchéité continue en ETFE transparent. L’ensemble couvre le vaste triangle du parvis, de la gare et de ses édicules.

Des jeux de poinçons et de tirants, évoquant la ferme “Polonceau”, transmettent les charges de la toiture de lumière aux fines colonnes sur une trame carrée de 15 m. Les colonnes au droit de la boîte enterrées sont elles-mêmes “volantes” et suspendues par “Polonceau” à leurs voisines. La morphologie de la structure lui confère une très grande légèreté. Réalisée en acier de très haute limite élastique (2000 MPa) et sollicitée sous feu à moins de 1/15 de celle-ci, elle ne demande aucune protection contre l’incendie. Le contre–ventement est assuré sur la face Sud-Ouest de la construction au droit du volume à 2 niveaux.

L’évacuation de l’eau de pluie se fait par un système sous pression en tubes d’acier inoxydable de Ø 60 mm dont certains forment les tirants des “Polonceau”. Des avaloirs de Ø 30 cm sont placés à chaque point bas des calottes de toiture. Les avaloirs sont soudés à la membrane d’ETFE. Ce réseau d’évacuation participe à l’expression architecturale de la toiture de lumière.

Les édicules et éclairage naturel des locaux de travail
Les volumes isolés thermiquement sont limités au strict minimum et couverts pour leurs parties principales par des verrières en double vitrage extra clair (U = 1,1 W/m² K), équipées de stores blancs extérieurs. Les espaces commerciaux, de même que les locaux du GPE, sont ainsi éclairés naturellement au travers de la toiture de lumière. Ces volumes fermés sont de faible profondeur afin de garantir la pénétration en tout point de la lumière naturelle, que celle-ci vienne directement de l’extérieur ou qu’elle soit filtrée par la toiture de lumière.

La lumière artificielle
Nous l’avons vu, la lumière naturelle doit être privilégiée. Les appareils d’éclairage artificiel offrent une température de couleur de 6500 K avec un indice de rendu de couleur maximal, afin de restituer autant que possible les conditions de la lumière naturelle à tout endroit de la gare et à tout moment.

Espaces ouverts
Il n’y a pas de raison de contrôler la température d’autres locaux que ceux où des personnes travaillent. Les halls de circulation du rez-de-chaussée sont couverts mais restent ouverts à l’air extérieur.

Divers locaux aménagement et équipements
Les zones de vente GPE et SNCF sont placées symétriquement pour facilité leur lisibilité. L’abri à vélos est intégré dans l’émergence de la gare et dispose d’un accès direct vers le hall du GPE. La liaison vers le tunnel SNCF, à l’air libre, est fermée par une façade en tôle perforée à 60 %. Les grilles de ventilation sont intégrées dans le bâtiment.

Ambiance générale intérieure et matériaux
L’ensemble des matériaux et la qualité de la lumière devront, à l’image des abords, offrir une impression de douceur. Les matériaux sont choisis en fonction de leur capacité à acquérir de la patine et éviter ainsi l’impression d’un vieillissement et d’un salissement non contrôlés.  

Les sols des quais sont en madriers de bois.

La tôle perforée, très présente dans le projet, offre les avantages suivants : elle brise le vent, elle permet la transparence et elle ne demande pas d’entretien.

Crédits :

MAÎTRE D’OUVRAGE
Société du Grand Paris, Immeuble « le Cézanne », 30 av. des Fruitiers, 93200 St Denis, France

ARCHITECTES & INGÉNIEURS
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers          Philippe Samyn
Chaussée de Waterloo, 1537   B-1180 Bruxelles                                  Propriétaire  exclusif des droits d’auteur   
Tél. + 32 2 374  90 60       Fax + 32 2 374 75 50
E-mail: sai@samynandpartners.com,

en charge de l’Architecture de la gare Rosny Bois Perrier (Architecture, Gestion des flux, des Concept structuraux et techniques, de la Construction durable, de l’Urbanisme, du Paysage et de l’Architecture d’intérieur).

Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, fait partie en co-traitance d’un groupement solidaire qui remet une offre pour la « Maîtrise d’œuvre des ouvrages de génie civil et des aménagements nécessaires à la réalisation des infrastructures de la ligne 15 Est ” Saint-Denis-Pleyel – Champigny Centre ” du Grand Paris Express ».  

Ce groupement est composé des bureaux d’études suivants :
SNC-LAVALIN SAS (mandataire), pour la partie Pilotage, OPC, Infrastructure, VRD, Système
TPF INGENIERIE SAS, pour la partie BET Pluridisciplinaire Bâtiment / Infrastructure / Eau / Environnement / Energie-Maintenance
TECNIMONT CIVIL CONSTRUCTION SPA, pour la partie Tunnels et Géotechnique, des bureaux d’architecture et d’urbanisme suivants : CARDETE HUET Architecture, pour la partie BIM et  l’Architecture de la gare Stade de France, CRUZ y ORTIZ Arquitectos, pour l’Architecture des gares Fort d’Aubervilliers et Mairie d’Aubervilliers, REICHEN et ROBERT & Associés, pour l’Architecture des gares Drancy Bobigny et  Bobigny Pablo Picasso, FRANCOIS LECLERCQ, pour l’Architecture de la gare Bondy, Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, pour l’Architecture de la gare Rosny Bois Perrier, AUER WEBER pour l’Architecture des gares Val Fontenay et Nogent Le Perreux.

Le bureau d’architecture et d’urbanisme  suivant, intervient en sous-traitance :
A’PMD, pour l’Architecture de la gare Rosny Bois Perrier aux côtés de Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers.

Les bureaux d’études suivants, interviennent en sous-traitance :
SEPIA GC, pour les Ouvrages Génie-Civil-Géotechnique, Schlaich Bergermann Partners, pour la partie BET Structure, GERAC,  pour la partie Champs électromagnétiques, PARSONS, pour la partie Système, SENOFI, pour la partie Pollution, ROUGE VIF Territoire, pour la partie Communication.

ÉQUIPE Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers

Architecture :           
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers (Bruxelles)

Design Partner :
Dr Ir Philippe Samyn

Administrative Partner :
Quentin Steyaert (en charge du projet)

Collaborateurs :
Gabriel BALTARIU, Louis CHAUMONT, Gilles De MOL, Mirela GANCHEVA, Vlad POPA, Radu SOMFELEAN

Directeur de projet :
A’PMD (La Chapelle sous Brancion) : Pierre-Michel Delpeuch                    

Urbanisme et Paysage :
Philippe SAMYN and PARTNERS, sprl architects & engineers, avec  A’PMD (La Chapelle sous Brancion)

Concepts Techniques Spéciales :
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, Dr Ir Philippe Samyn

Concepts Stabilité :
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, Dr Ir Philippe Samyn              

Concepts Physique du bâtiment et Energie :
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, Dr Ir Philippe Samyn

DOCUMENTATION
Gestion documentation :
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, (André CHARON et Quentin OLBRECHTS)

Images de synthèse :
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers, (Vlad POPA )

Rendus :
Dessins :

For plans sections and elevations, please refer to the archives section of the site available from the “references” menu.

634 - GARE DE ROSNY BOIS PERRIERsamyn