619 – GUGGENHEIM HELSINKI MUSEUM

Laivasillankatu, Port de Helsinki, Finlande
60°9’36,04”N / 24°57’19,07”E

Musée: 14 941 m²; Makasiini Terminal: 1 000 m²; Commerces/Services publics: 620 m²; Passerelle vers le parc: 270 m²; 2014 – ; (01/619).

Services effectués
  • Aménagement des abords
  • Aménagement paysager
  • Urbanisme
  • Architecture
  • Aménagements intérieurs
  • Ingénierie de la structure
  • Ingénierie des techniques spéciales
  • Physique du bâtiment
  • Concepts de haute qualité environnementale et énergétique
  • Gestion du projet
  • Planning
  • Economie du projet
  • Coordination générale
Description

Un nouvel espace de vie en ville

Le nouveau musée est situé à un point focal de la façade qu’Helsinki tourne vers la baie du port maritime.

A la fois œil regardant la mer et lanterne pour les marins, l’endroit est idéal pour y créer un lieu où les gens peuvent se rencontrer et interagir avec les Quatre Eléments et avec la ville à travers l’art contemporain, le design et l’architecture.

Une promenade en pente douce revêtue de bois répond à la colline du parc située en face de Laivasillankatu et prolonge la longue série des espaces publics qui s’étendent de la ville jusqu’aux quais. C’est le toit de la grange en bois qui abrite le musée. Sa forme incurvée de faible hauteur guide en douceur les vents dominants.

Cette nouvelle place urbaine est recouverte d’un verger de miroirs scintillants qui suivent le cours du soleil.

Ils prennent une part active dans la vie de la ville, en lançant des rayons lumineux et des gouttelettes de lumière colorée pendant la nuit du Lux Helsinki en janvier et en jouant avec les danseurs du Festival d’Été.

L’entrée fait face au centre-ville. Un grand auvent mobile constellé de LED plane en bordure du toit comme un signal interactif du musée dans la ville.

En constante évolution, l’art demande une flexibilité extrême. L’art évolue à un rythme rapide. Il est d’une importance cruciale que le bâtiment soit en mesure de fournir, sur demande, une très grande variété d’espaces. La flexibilité est la clef du concept.

Le projet l’étend jusqu’à la structure elle-même, sous la forme de planchers en “caissons” de bois de 9 x 12 m reposant sur des colonnes creuses en bois abritant toutes les techniques (HVAC, fluides, électricité et informatique).

Chaque module de plancher peut être déplacé verticalement à une hauteur quelconque dans le but de générer de nombreuses combinaisons d’espaces de formes diverses. Un espace d’exposition plus traditionnel de 36 x 24 m, sans colonnes, est également prévu. Ce système de construction s’apparente à un gigantesque “Lego”.

Il s’abrite sous le grand toit monolithique et en constitue le cœur.

Les espaces périphériques, à la jonction avec la ville, interagissent avec des espaces d’exposition en plein air et peuvent être organisés de multiples façons différentes.

Lumière !
Le grand volume monolithique qu’induit l’idée d’exposer l’art dans de grandes salles transformables offre, par sa compacité même, une surface externe réduite à la pénétration de la lumière naturelle.

Mais la lumière, notamment l’éclairage naturel, est d’une telle importance dans l’art contemporain qu’elle mérite des dispositifs particuliers pour l’amener en profondeur jusqu’au cœur du bâtiment. C’est la raison d’être des miroirs héliostats sur le toit.

Ils inondent de lumière du jour les espaces du musée, la faisant rebondir sur divers jeux de miroirs réglables suspendus. Ceci permet de concevoir une atmosphère spécifique pour chaque espace d’exposition : de la boîte noire traversée de faisceaux lumineux concentrés jusqu’au large espace immaculé baigné d’une lumière uniforme.

A la recherche d’une réelle durabilité
L’art n’échappe pas à la réalité de la répartition déséquilibrée des ressources sur terre. C’est pourquoi la conception vise la sobriété, la fonctionnalité et l’économie : c’est l’approche de base de la durabilité.

La structure
Excepté la structure en béton autour des accès des camions et des quais de déchargement, l’ensemble de la structure principale est faite de dalles et de profilés en bois massif laminé (Kerto), protégés par une enveloppe fortement isolée.

La toiture
La structure de l’esplanade de toiture est constituée d’un caisson continu de 70 cm de hauteur : des dalles en Kerto de 10 cm d’épaisseur, continues bien que perforées, forment les ailes supérieures et inférieures du caisson, tandis que des poutres incurvées de 50 cm de hauteur, distribuées régulièrement, en constituent les nervures.

Pour l’éclairage naturel, chaque module de toiture est percé de trois ouvertures elliptiques (1,35 m x 1,80 m), l’une d’elles étant placée au-dessus de chaque colonne.

La portée libre du toit est de 9 m x 12 m, sauf dans un très grand espace d’exposition (axes C-E / II-VI) où une seule travée couvre une surface de 36 m x 24 m.

Le toit est composé d’un pare-vapeur en aluminium recyclé, d’une isolation thermique en laine de roche de 34 cm d’épaisseur, d’une membrane d’étanchéité et d’une terrasse accessible en bois finlandais modifié thermiquement, arrangée en gradins de 15 cm de hauteur

Les colonnes
Les colonnes tubulaires en échelles, placées sur une grille régulière de 9 m x 12 m, soutiennent le caisson du toit ainsi que tous les planchers.
Avec une section extérieure de 75 cm x 100 cm, chaque “tube” rectangulaire est composé de quatre profils de 22,5 cm x 35 cm liés, tous les 1,5 m de hauteur par des blocs de bois de 75 cm de haut, 15 cm d’épaisseur et 30 cm de long. Ces blocs soutiennent l’étage principal et les poutres du toit.
Le vide dans la colonne est utilisé pour les conduits d’air, le câblage électrique et les canalisations d’eau et d’évacuation.

Les modules de plancher principaux
Chaque module de plancher a une portée libre de 9 m x 12 m, une hauteur de 1,5 m, un poids de 9,5 tonnes et est composé de :
– deux poutres longitudinales de 150 cm x 15 cm de section, de 11 m de longueur et espacées de 9 m ;

– dix poutres Warren transversales de 9 m de long, espacées de 1,20 m et d’une section de barre de 10 x 10 cm maximum, supportant une dalle supérieure et inférieure continues en contreplaqué de 5 cm d’épaisseur, qui forment le plancher et le plafond.

Ces planchers sont aisément perçables pour permettre l’installation des œuvres d’art et des parois temporaires.

Des trous rectangulaires d’inspection sont régulièrement répartis dans les poutres principales, ainsi que dans les dalles de plancher et de plafond. Ils rendent les modules de plancher “perméables” aux équipements et aux cylindres conduisant la lumière du jour.

Les modules situés entre les axes E-K / II-V sont déplaçables et peuvent être placés en hauteur tous les 1,5 m, entre 4,5 m et 10,5 m de hauteur.

Des escaliers volants de 90 cm de large peuvent être installés entre les modules de plancher sur une trémie d’un mètre de large, correspondant aux lignes de colonnes (entre les poutres Warren).

Deux volées de 2,7 m de long permettent de franchir une différence de niveau de 3 m entre modules adjacents.

La structure de la dalle du rez-de-chaussée
Un plancher surélevé, modulaire et flexible, couvre un vide technique de 1,8 m de haut, sur une grille (3 m x 4 m) de colonnes en béton reposant sur un radier en béton étanche de 40 cm d’épaisseur.

Des pieux fondés sur la roche complètent le système structurel.

Les façades
Les façades Nord-Est (le long du quai), Sud-Est (le long du nouveau terminal Makasiiini Olympia), et Sud-Ouest (le long de Laivasillankatu) sont faites d’une double peau entièrement vitrée.

Chacune de ces peaux est faite de panneaux de double vitrage feuilleté sous vide extra clair (U = 0,3 W/m²K), de 3 m de long et 1,5 m de haut, encadrés de minuscules profils en acier (placés côté intérieur de la double peau pour éviter les ponts thermiques).
Les cadres sont accrochés par les coins à de minces butons horizontaux perpendiculaires à la façade et suspendus, tous les 3 m, à un ensemble de deux câbles verticaux paraboliques opposés s’étendant entre le bord du toit et la dalle de sol.

Des vantelles mobiles et automatisées, commandées par l’ensoleillement, équipent le côté intérieur de la double peau extérieure.

L’espace entre les deux peaux agit comme un grand conduit d’air pour optimiser le bilan énergétique.
Les vantelles sont placées verticalement en façade Nord-Est, et horizontalement en façade Sud-Est.

Elles sont faites de lames de verre transparent de 30 cm de large, sérigraphiées de bandes blanches longitudinales pour bloquer les rayons directs et perpendiculaires du soleil. Les vantelles présentent un facteur solaire g = 0,16, tout en assurant une transmission efficace de la lumière du jour et une transparence optique.

Les miroirs et les puits de lumière
341 miroirs en membrane d’ETFE (recouverte d’aluminium sur ses deux faces) sont tendus sur des anneaux elliptiques en acier (3,75 x 2,8125 m).
Chaque anneau tourne sur son axe horizontal, actionné par deux moteurs cylindriques.

Les moteurs sont fixés à une fourche verticale portée par un poteau cylindrique haut de 1, 875 m, lequel tourne sur son axe, entraîné par un troisième moteur cylindrique, placé au centre de l’ouverture elliptique (1,80 m x 1,35 m) de la lucarne.

La passerelle et les garde-corps
Des panneaux en acier inoxydable, perforés à 50 %, forment le prisme rectangulaire de la passerelle ainsi que les garde-corps de l’esplanade en toiture. Ils les protègent du vent.

Les escaliers
Les galeries sont accessibles indépendamment l’une de l’autre par l’entrée principale formant atrium (axes E-M / V-VI), qui est aussi un espace d’exposition.

En parallèle à l’axe V, un escalier longitudinal léger en acier, de 1,8 m de large, s’étend le long de la distribution principale.

Sa pente douce (foulée de 15 cm x 45 cm, soit un sur trois) conduit dans une succession de volées, chacune s’élevant de 1,5 m, à un long balcon de même largeur.
Celui-ci donne accès indépendamment à chaque module de la galerie (également accessible aux fauteuils roulants robotisés).

Le balcon est composé de modules longs de 12 m. Bien que normalement fixé au niveau 7,5 m, il peut éventuellement être positionné à différents niveaux pour s’adapter aux hauteurs variables des modules du rez-de-chaussée. Des escaliers secondaires longitudinaux ou transversaux relient entre eux les différents modules de plancher.

Les ascenseurs
Des ascenseurs vitrés classiques permanents relient les niveaux 0 à 7,5 m (axes E-F / V-VI).
Des gaines mobiles d’ascenseurs (de type “Easylift”) peuvent être placées localement pour combler la différence de niveau entre les modules de plancher.

Les sorties des galeries
Les sorties des galeries sont indépendantes, tout comme leurs entrées, au travers des balcons, escaliers et ascenseurs situés dans l’atrium de sortie (axes DE / II) et conduisant à la cafétéria (axes BD / I-II) ou à la sortie via la boutique du musée (axes KM / I-II).

Les murs
Des placards en bois empilés comme des “Lego” forment les murs situés entre les colonnes-échelles de 0,75 m x 1,00 m.

Ils présentent une longueur de 2,7 m (au droit des portées de 9 m) ou de 3,6 m (au droit des portées de 12 m), une profondeur de 75 ou 100 cm et une hauteur de 3 m (avec des pièces d’assemblage de 1,5 m de hauteur).

Les murs sont de trois types : plein, en double vitrage ou munis de lamelles en bois. Ils donnent vue sur la baie et sont équipés de cylindres noirs transmettant des faisceaux de lumière du jour sur les miroirs secondaires et les objets exposés.

Les escaliers internes
Des escaliers mobiles, pour des différences de niveau jusqu’à 3 m, peuvent être placés entre les modules EF / FG / GH / HI / IJ / JK lorsque ceux-ci ne sont pas au même niveau, afin d’assurer un flux de circulation

L’éclairage
La lumière naturelle zénithale est largement utilisée comme source lumineuse principale.
Les miroirs elliptiques sur le toit suivent le soleil et reflètent la lumière vers le bas via les trappes lumineuses, soit :

– dans chaque module de la galerie, à travers une membrane translucide diffusant la lumière (l’éclairage “classique” des musées anciens) ;

– dans les galeries d’entrée et de sortie, sur un jeu de miroirs “flottants” qui reflètent la lumière dans les modules de galeries par des cylindres noirs vers une deuxième série de miroirs flottants qui projettent les faisceaux lumineux sur les expositions.

Cette deuxième série de miroirs peut être visible dans le volume d’exposition ou cachée derrière un plafond suspendu en tissu perforé.

L’éclairage artificiel prend le relais quand la lumière du jour fait défaut.

Document E41_01/619-Fr Édition du 2015-02-05

Credits:

Architecture and Engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS All projects are designed by Philippe Samyn who also supervises every drawing
Structural Engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS with SETESCO (sister company 1986-2006) or INGENIEURSBUREAU MEIJER (2007-2015) if not mentioned
Services engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS with FTI (sister company since 1989) if not mentioned

LOCALISATION
Laivasillankatu, Port of Helsinki, Finland
60°9’36,04”N / 24°57’19,07”E

SURFACES
Musée : 14.941 m²;
Makasiini Terminal : 1000 m²;
Commerces / Services publics : 620 m²;
Passerelle du parc: 270 m². 

MAÎTRE D’OUVRAGE
Solomon R. Guggenheim Foundation
Organisateur du concours : Malcolm Reading Consultants

ARCHITECTES & INGÉNIEURS
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers          Dr Ir Philippe Samyn
Chaussée de Waterloo, 1537   B-1180 Bruxelles                                Propriétaire  exclusif des droits d’auteur (copyright)
Tél. + 32 2 374  90 60       Fax + 32 2 374 75 50
E-mail: sai@samynandpartners.com

ÉQUIPE
Architecture:
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers         
Design Partner:
Dr Ir Philippe Samyn

Administrative Partners:
Quentin Steyaert, Denis MéLOTTE, André CHARON

Collaborateurs:
K. AMMOR, M. BEVILACQUA, G. CARDILLO, A. CHICHIZOLA, N. DUCOULOMBIER, A. FACCIO, G. LORINI, S. NKAKA, O.  OLIVIERS, M. OZHAN,  P. RUARO, G. B. SILVA BATICAM, M. STOFFELS, C. VAN RAEMDONCK.

Techniques spéciales:
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers,
avec FLOW TRANSFER INTERNATIONAL sa
Rue du Ham, 137
1180 Bruxelles, Belgique     
Tél. : +32 2 375 75 40
E-mail : info@fti-sa.be

Stabilité:
Philippe SAMYN and PARTNERS sprl, architects & engineers,
avec INGENIEURSBUREAU MEIJER bvba
Prins Boudewijnlaan, 53/2
2650 Edegem, Belgique
Tél. : +32 3 448 25 00
E-mail : info@meijer.be

Physique du bâtiment et énergie:
NEO & IDES
Rue des Chasseurs Ardennais, 3
B-4031 Liège (Angleur)
Tel. : +32 4 366 00 17
E-mail : info@neo-ides.be

Simulations dynamiques et microclimat:
CENAERO
Rue des Frères Wright, 29 
6041 Gosselies, Belgique
Tel. : +32 71 910 930 
E-mail: info@cenaero.be

Étude des flux de trafic:
AGORA sa
Rue Montagne aux Anges, 26
1081 Bruxelles, Belgique
Tel. : +32 2 779 13 55
E-mail: agora@agora-urba.be

Gestion des coûts:
Bureau Michel FORGUE sarl
Route de Charavines, 250
38140 Le Rivier d’Apprieu, France
Tel. : +33 4 76 65 19 34
E-mail : bureau@bmforgue.fr

Graphisme et signalétique:
SDESIGN sprl
Rue Armand Campenhout, 61                         
B-1050 Bruxelles, Belgique
Tel. : +32 2 340 96 80
E-mail : info@sdesign.be

Consultant cuisine et restauration:           
F&BO consulting
Freddy OUSHOORN
Doornzeledries, 122
9940 Evergem, Belgium
Tel. : +32 475 26 71 39
E-mail : fbo@telenet.be

Consultant Finlandais:
Erik SALVESEN
Norra Elsplanaden, 2
00130 Helsingfors, Finlande
Tel. +358 9 6162 1228
E-mail : salvemax@mac.com

Consultants Mathématiciens:
Simone GUTT et Michel CAHEN
Tenbroek, 13
1640 Rhode-Saint-Genèse, Belgique
E-mail : sgutt@ulb.ac.be, mcahen@ulb.ac.be                                             

DOCUMENTATION
Gestion documentation:
Philippe SAMYN and PARTNERS (A. CHARON et Q. OLBRECHTS)
Image de synthèse:
POLYGON graphics cvba (S. STRAGIER)

Plans
Rendus
Panneaux
Maquette

For plans sections and elevations, please refer to the archives section of the site available from the “references” menu.

619 - GUGGENHEIM HELSINKI MUSEUMFilippo Aimo