200 – Immeuble de bureau pour Eric Boulanger

Chaussée de Bruxelles, avenue des Chasseurs
Waterloo
BELGIQUE
50°43’53,58’’N/4°23’52,65’’E
650 m² (1998-1990); (01/200)

 

Services effectués

• Aménagement des abords.
• Architecture.
• Architecture d’intérieur.
• Ingénierie des structures.
• Ingénierie des techniques spéciales.
• Gestion du projet.
• Gestion de la construction.
• Économie.

Description

Le site

Un terrain polygonal irrégulier bordant une voirie rapide suburbaine (la chaussée de Waterloo-Bruxelles) se situe à la limite d’un quartier résidentiel, calme et arboré tout en participant à l’animation de la banlieue urbaine caractérisée par une succession de bâtiments à vocation commerciale d’architecture hétérogène.  Par hasard, la topographie et le caractère arboré du site lui confère une certaine dignité.

Le Maître de l’Ouvrage souhaite y ériger un immeuble destiné à accueillir des professions libérales.  Une forme arrondie permettant de négocier les nombreuses contradictions du site est rapidement venue à l’esprit, la forme définitive n’est née que de nombreux mois après, dans un paquebot quittant Istambul après la visite de la mosquée Süleymaniye.

 

Le concept

Le site imposait un bâtiment de taille réduite et aux formes vernaculaires, le programme des espaces les plus flexibles possible.  La recherche s’est donc orientée vers une structure à poteaux plutôt qu’à murs porteurs.  Des piles en maçonnerie auraient été trop encombrantes et des colonnes en béton armé hors de leur contexte.  Les planchers pouvaient être en béton armé, en acier ou en bois.

Les sensibilités particulières du Maître de l’Ouvrage et de l’Architecte  pour cette construction qui se veut flexible et accueillante les ont conduit à  la concevoir comme un très grand meuble en bois.  Plus que tout autre matériau, le bois impose ses règles constructives formelles, qui ont donc beaucoup influencé l’aspect de la construction.

 

Le parti

Un prisme régulier à 21 côtés comprend le hall central d’accueil couvert par la salle de réunion principale.  Un prisme annulaire entoure le premier et contient les éléments de circulation, tels que les trois escaliers hélicoïdaux, paliers d’accès à toutes les surfaces utiles, paillasson d’entrée, ainsi que la bibliothèque en mezzanine à la salle de réunion.

Les espaces de travail se développent finalement sur trois niveaux en anneaux incomplets autour du noyau central.  Deux murs en briques, radiants et plissés, encadrent l’entrée et contiennent les locaux techniques et utilitaires secondaires (petites cuisines, tableaux électriques, groupes de ventilation).  Les locaux sanitaires et techniques principaux sont logés en sous sol du centre de l’immeuble.

 

La structure

Quatre files de colonnes disposées aux sommets de polygones concentriques à 21 côtés s’élèvent sur une dalle de sol avec fondations superficielles en béton armé ainsi que sur les maçonneries de caves.

L’ensemble de la structure est en sapin, selon les besoins soit en sections courantes, soit en pièces lamellées collées.  Les colonnes de section cruciforme reprennent les paires de poutres radiantes des planchers, qui à leur tour reçoivent le gîtage.

Les pièces de gîtage du plancher sont de longueur constante et s’entrelacent de travée en travée tout en s’écartant l’une de l’autre au fur et à mesure de la diminution de leur portée libre. Elles sont perforées en leur centre pour recevoir les tubages électriques.

Le plancher proprement dit se compose d’un voligeage formant plafond, d’un contrelattage, et d’un voligeage supérieur formant plancher et revêtement de sol.  L’espace entre les voligeages contient les gaines de sol de l’installation électrique, les gaines et bouches du système de ventilation ainsi que les convecteurs électriques.

Des bracons supportent les poutres radiantes en porte à faux du plancher annulaire de la salle de réunion.  Les escaliers hélicoïdaux assurent la stabilité transversale des colonnes auxquelles ils sont attachés.  Des tirants en barres rondes en acier inoxydable disposés entre les colonnes du rez-de-chaussée en façade contreventent l’ensemble de la charpente.

La charpente de toiture déborde largement des chassis et de la galerie du premier étage pour protéger les boiseries extérieures de la pluie et contrôler l’ensoleillement.  Cela permet en outre de se passer de gouttière (sauf au dessus de l’entrée), l’eau de pluie étant recueillie dans un drain de cailloux situé dans le dallage autour du bâtiment.

Les portes à faux des poutres de la toiture inférieure s’appuient sur les montants extérieurs de la galerie, sauf pour les trois dernières au droit des murs en maçonnerie.  Un plat en acier inoxydable renforce dès lors la dernière poutre de toiture (de chaque côté de l’entrée au-dessus des grands vitrages trapézoïdaux), qui reprend la charge des précédentes par l’intermédiaire d’un tirant plat formant poutre “polonceau”.

Finalement, une petite structure métallique en “roue de vélo” supporte la verrière heptagonale et la girouette au sommet du bâtiment.

 

Les fermetures

Toutes les menuiseries extérieures et intérieures sont en Dark Red Méranti.  La toiture est composée d’un plafond en lattes de sapin peintes en blanc, d’un film de polyéthylène noir, d’un pare vapeur continu en aluminium sur papier kraft, d’une isolation de 15 cm de laine de roche, d’un plancher en sapin, d’une couverture en zinc-cuivre-titane à plis avec ventilation.

Les extrémités des pièces de charpente est protégé par des couvercles de zinc.  La partie inférieure de la toiture basse est vitrée de manière à assurer un éclairage naturel suffisant des locaux du premier étage.

Toues les cloisons intérieures sont conçues vitrées et munies de stores vénitiens.

 

Les équipements

Le bâtiment est équipé de fenêtres ouvrantes mais aussi d’une installation de ventilation.  Les groupes de  pulsion sont situés le long des murs en maçonnerie. L’air est distribué par des gaines plates dans l’épaisseur du plancher et repris via le hall d’entrée par un groupe  en sous-sol qui reprend également l’air vicié des sanitaires.

L’éclairage artificiel se fait par ampoules dichroïques basse tension, avec un système partiellement dessiné pour le projet.

Un système spécifique et complet de mobilier et de cloisonnement s’intégrant au concept général a été étudié dans ses moindres détails mais n’a malheureusement pas été réalisé.

La table annulaire de la salle de réunion, ainsi que les rayonnages de la bibliothèque en mezzanine doivent encore être réalisés.

 

Les finitions

Les revêtements de sol sont de pierre bleue polie pour le hall, de tapis paillassons dans la bande annulaire au droit de l’entrée et des escaliers, de grès cérame blanc pour le sous sol, de bois verni ou de tapis plain pour les bureaux.  Pour le reste, tout est couleur naturelle du bois ou peint en blanc.

Les murs en briques sont peints à l’émail en sous-sol; enduits, tapissés de tissu de verre et peints en superstructure.  Les plafonds sont en béton peint au sous-sol, et en planchettes peintes ailleurs.

La girouette en acier inoxydable au sommet du bâtiment est due au sculpteur Olivier Strebelle.

 

La réalisation

Le chantier s’est déroulé d’une manière remarquablement harmonieuse sous l’égide du client, Eric Boulanger.

Comprenant la difficulté de l’ouvrage, il a encouragé tous les intervenants, a participé à leur sélection lorsqu’il ne les trouvait pas lui-même, a mis enfin les moyens financiers nécessaires.

Plus que d’habitude l’accomplissement de ce projet est donc à mettre au crédit de tous ceux qui y ont participé. On chantait sur le chantier !

Les compagnons charpentiers Armand et Verbommen ont les premiers donné le ton.  Leur dextérité et jeune expérience alliée à leur enthousiasme à produit une charpente d’une rare qualité d’exécution.

Carlino, le patron d’ABC, entrepreneur de gros-oeuvre et de menuiserie intérieure, ses hommes et sous-traitants n’ont pas ménagé  leur efforts pour satisfaire aux exigences élevées.

Le zingueur Francis Dethioux et son aide André, n’avaient  cesse que de rechercher la perfection, et toujours dans la gentillesse et la bonne humeur.

Olivier Strebelle, enfin, le sculpteur et académicien,  s’est distrait de ses commandes importantes pour concevoir et réaliser la girouette.

Document E41_01/200-Fr Édition du 1999-05-15

Crédits

Architecture and Engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS All projects are designed by Philippe Samyn who also supervises every drawing
Structural Engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS with SETESCO (sister company 1986-2006) or INGENIEURSBUREAU MEIJER (sister company since 2007) if not mentioned
Services engineering: Philippe SAMYN and PARTNERS with FTI (sister company since 1989) if not mentioned

01-200 OFFICE BUILDING FOR ERIC BOULANGER, WATERLOO.
Client: Eric BOULANGER.
Architecture: I. Akkan, Y. Azizollahoff, M. Benkirane, M. Bouzahzah, L. Finet, T. Hac.
Services: Sculpture : Olivier Strebelle.
Bibliographie

• PROGRESSIVE ARCHITECTURE – Young architect issue. Juillet 1990, pp 76-77 ; (USA).
• AANNEMER n°9, Novembre 1991, “Knap Staaltje met 100 m³ hout”, pp 26-28 (NL).
• JOURNAL DU BOIS n°7, Novembre – Décembre 1991, pp 36-37 (F).
• A PLUS, n° 114, 1/1992, pp 40-43 ; (B).
• TECHNIQUES ET ARCHITECTURE, n° 404, Octobre – Novembre 1992, “Travail en douceur” pp. 57-59 ; (F).
• SPACE DESIGN, Tokyo, n° 344 Mai 1993, pp. 65 – 73 ;  (Japan).
• L’ARCA n° 76, Novembre 1993 ; pp 30-33 (Italy).

Photographes

© Photo: Ch. Bastin & J. Evrard
© Photo: Quentin Olbrechts

Localisation :
Photos
Photos 22 ans après réalisation
Chantier
Maquette
Plans
200 - Immeuble de bureau pour Eric Boulangersamyn